Psst...

Do you want to get language learning tips and resources every week or two? Join our mailing list to receive new ways to improve your language learning in your inbox!

Join the list

French Script Request

alir8zana
Incomplete
by tiiiigrou 0:00 - 0:01:25

J'ai eu la chance de naitre dans une famille aisée, avec un père médecin. Lui, de son côté, m'a beaucoup influencé, sur la médecine et sur les médecines naturelles, et me montrant l'importance du terrain. De l'autre côté, ma mère, ma mère a eu un double impact sur mon évolution professionnelle, c'est qu'elle m'a montré - c'était une femme qui avait un grand coeur, qui était beaucoup tourné vers les autres, et puis d'autre part, elle a eu une grave maladie; elle était atteinte du cancer.

Lorsque j'ai fini mes etudes de médecine, elle a commencé à faire une grave rechute de son cancer, plus de 18 ans après. Ca m'a fait poser plein de questions.

by abracadabal 0:01:25 - 4:11

Donc j'ai vu, je l'ai piloté à ce moment là, dans les CHU, dans les services que je connaissais bien, parce que j'étais étudiant en médecine à ce moment-là. Enfin, j'ai terminé mes stages à l'hôpital, et donc j'ai vu toute l'importance, tout le cœur que donnaient tous les médecins, les personnels soignants, les infirmières, les aides soignantes... Tout le monde faisait un travail remarquable que j'ai beaucoup apprécié. Et d'un autre côté, j'ai vu aussi les failles, et donc quand j'ai commencé à exercer, ben je me suis tout de suite penché vers les médecines naturelles. Alors déjà mon père m'en ayant déjà beaucoup parlé, de l'acupuncture, de l'homéopathie, j'ai commencé à l'étudier. J'ai rajouté tout de suite aussi la sophrologie, qui m'a passionné également. Moi j'étais toujours le fil d'Ariane certainement. Par l'intermédiaire de ma mère, c'était toujours le cancer et j'ai terminé par faire un diplôme universitaire de cancérologie clinique, parce que je me suis dit il faut vraiment aller jusqu'au bout.

Christian Tal Shaller: Il y a 45 ans, j'ai commencé une carrière de médecin généraliste tout à fait conventionnelle. Je faisais ce que font tous les généralistes. Je soignais les gens avec les méthodes que j'avais apprises à l'hôpital. Et j'ai eu un choc. C'est que je me suis rendu compte que la médecine que j'avais apprise à l'hôpital, c'est comment voir les gens malades et les soigner d'une manière qui les maintient dans la maladie. C'est un monde terrible. Et cette prise de conscience à fait que je me suis dit non, faire des diagnostiques avec la médecine que j'ai apprise c'est bien, mais peut-être que dans la thérapie il y a autre chose que la chimie. Et puis peu à peu, j'ai enrichi ma pratique par des méthodes que je n'avais pas appris à l'hôpital mais qui m'intéressaient sur le plan de ne pas voir que la chimie comme solution sur mon ordonnance, mais pouvoir faire de l'acupuncture, de l'homéopathie, de tenir compte des régimes alimentaires, enfin de m'ouvrir à d'autres techniques.

Luc Bodin: De tout temps, j'ai toujours rêvé de soigner uniquement avec mes mains. Et en fait j'ai rencontré plein de guérisseurs, de magnétiseurs, en France, de toutes sortes de feux (???). Tous ces gens-là m'ont appris moultes techniques, et ces techniques, pendant longtemps, je les connaissais mais je ne les pratiquais pas. Je ne me permettais pas de les pratiquer pour la bonne et simple raison que, bah, j'étais médecin, et que pour moi elles étaient complètement empiriques, même si pour moi elles étaient bonnes parce que le simple bon sens veut dire que si ces spécialités ont traversé des siècles et qu'elles ont toujours des patients qui viennent les voir, ça veut dire qu'elles ont des résultats, faut pas prendre les personnes pour des imbéciles. Donc ça veut dire que s'ils ont des résultats, ça vaut vraiment le coup de s'y pencher.

Didier Traullé: Moi, ce qui a été le déclencheur, c'est en 99. En 99 j'ai fait un accident vertébral. J'ai fait une hernie discale paralysante et j'ai perdu l'usage de la jambe gauche. Donc là on m'opère en urgence, l'opération bon, ça a bien marché et tout... Le problème c'est que j'ai mis 3 ans pour récupérer. Parce que une fois qu'ils ont fait l'opération, bon, c'est tout, notre boulot il est fait, maintenant débrouillez-vous. a vous de jouer. Alors j'ai galéré pendant 3 ans.

by abracadabal 4:11 - 5:04

Et c'est là que j'ai utilisé cette ressource que j'avais. Et j'ai réussi à remarcher puis à fonctionner. Et mon médecin qui a vu ça m'a dit bah non, tu l'utilise pas pour soigner les personnes, tu essaies et puis tu vas voir. Alors j'ai fait quelques essais, et c'est vrai que c'était concluant. Et de là, bah j'ai commencé.
On a commencé surtout par des douleurs pour des gens qui ont des problèmes de dos. Ca marche bien. On laisse faire et puis ça marche tout seul. Bon alors j'ai cherché à comprendre et je me suis rendu compte que, euh, les gens sur qui je travaillais c'est des gens qui étaient énormément stressés. Donc j'ai découvert, au fil du temps, que c'est le stress, l'excès de stress, les chocs émotionnels, décès, séparation, divorce... des gros chocs émotionnels qui créent des blocages.

by abracadabal 5:04 - 6:06

Alors la tête génère le blocage, et ça fait un peu comme si on fermait des portes. Donc les portes fermées, ça empêche de circuler au niveau énergétique et ça crée le problème. Alors en fonction de sa faiblesse, bah ça va générer telle ou telle chose. Moi le bobo ne m'intéresse pas, moi ce que je recherche c'est là où ça a généré le problème. Et quand on remonte à ça, pfff vous arrivez à faire tout partir en même temps sur très peu de temps.

Christian Tal Shaller: La clé, c'est de comprendre que notre corps est d'une intelligence absolument incroyable. Notre corps est des millions de fois plus intelligent que tous les médecins du monde. Donc si le corps fait une maladie, c'est pas pour nous casser les pieds, c'est parce que ça a un sens.

Luc Bodin: La maladie correspond souvent à une réaction saine de notre organisme face à une situation qui nous est déséquilibrée. Comme le disait le docteur Bach, celui qui a organisé les petites fleurs de Bach, il disait on tombe malade quand nos actions dans le domaine de la vie quotidienne ne sont pas en adéquation avec nos aspirations, avec nos pensées profondes.

by abracadabal 6:06 - 7:10

Et ça il avait raison, parce que tout simplement nous, c'est pareil (???), c'est qu'on est toujours en train de faire des conciliations, on est en train de faire des compromis avec la vie, avec tout ça, et tous ces compromis ne font que nous éloigner. Et de temps en temps, bah il y a un petit choc émotionnel qui arrive mais on le met de côté, on l'oublie. Et puis dans un deuxième temps, comme on a rien résolu du tout, ce choc émotionnel, ce conflit, va revenir d'une manière peut-être un petit peu plus forte, jusqu'à la dernière touche: déclencher vraiment une maladie, comme si notre conscience ou notre être intérieur n'avait plus que cette ultime solution pour nous faire prendre conscience, justement, qu'on n'est pas sur notre voie et qu'il était temps de changer.

Elan Sarro: J'ai fait plusieurs années dans la banque avec tout un cursus académique, une autre école de gestion en Suisse. J'étais vraiment très stressé par mon travail. Et puis j'avais aussi un rapport au monde qui était assez compliqué: je me mettais beaucoup de pression, je voulais toujours être le meilleur, être très compétitif. Et du coup ça a généré un stress qui est devenu permanent.

by abracadabal 7:10 - 8:10

un stress chronique, jusqu'au burn out. Et le stress, et bien c'est la crise passion, c'est du catabolisme, ça crée de l'acidité, ça crée des déchets. Et puis le corps est tout le temps en lutte pour éliminer et à un moment donné il sature, quoi. Comme on est mal dans son corps, on est mal dans sa tête, on est en dépression, euh, c'est vraiment un, ouais, une sorte de... d'épuisement total, quoi. Et là, j'ai euh... je me suis ouvert à des techniques de bien-être. D'abord la sophrologie, la relaxation, et puis de fil en aiguille je suis arrivé à la méditation et puis là j'ai trouvé vraiment, une passion quoi, quelque chose qui me permettait de me ressourcer, de me reconnecter à moi-même, et puis d'apprendre aussi à mieux me connaître, d'observer tous ces mécanismes euh... ce l'égo euh... ce rôle que je voulais tout le temps tenir face au monde, face aux autres, pour paraître, et qui me mettait beaucoup de pression sur les épaules.

Luc Bodin: Pour comprendre la maladie, il faut déjà regarder ses causes. Nous sommes tous encrassés. Nous sommes tous pollués.

by abracadabal 8:10 - 9:15

Nous sommes tous en excès d'acide dans notre organisme, on a plein de polluants, on a des pesticides. Tout ça on le sait, il y a des preuves, il y a des études, des prises de sang qui nous l'ont tous montré. Mais bonant malant, on arrive à vivre, on survit, l'organisme s'en débrouille, etc. Et arrive un beau jour, un choc émotionnel, qui lui va apporter une émotion. Cette émotion vibre à une certaine fréquence qui va venir se localiser sur un organe, qui justement vibre sur cette fréquence. Il va venir bloquer la circulation énergétique dans cet organe si bien que tous les polluants du corps vont se concentrer et vont commencer à déclencher la maladie. Donc la médecine conventionnelle a raison. Bien sûr c'est les polluants, c'est les acides, c'est l'hérédité, c'est sûr. par contre, le choc émotionnel, lui, n'est pas la cause, lui est le facteur déclenchant. C'est lui qui va faire que, qui va indiquer pourquoi la maladie se déclenche à ce moment-là, et pourquoi elle se déclenche sur tel organe. Et donc de toute façon, il y a des choses à comprendre dans la maladie. Et c'est pour ça aussi que ça me... que j'étais ennuyé en tant que médecin parce que les personnes venaient me voir pour les soigner sur le plan ample, mais la plupart n'arrivait pas à comprendre que la maladie essayait de leur demander quelque chose, de changer quelque chose.

by missgue 9:15 - 12:59

Lila R. : La plupart du temps les personnes ont une petite idée de ce qui a pu se dérouler ou de ce qui a pu faire venir la maladie. Ils ont une petite idée, dans leur discours des fois ils disent "ah oui, depuis que je suis en retraite, j'ai eu un cancer. Depuis que mon mari m'a quittée j'ai du mal à dormir et je ... Ils ont des petites pistes. L'être humain il va toujours se dire "c'est pas possible. C'est pas possible qu'un mot, une situation, qu'un comportement créé une grosse maladie. C'est pas possible."
Christian T.S : Notre société persuade les gens qu'ils sont des victimes et que la maladie leur tombe dessus par hasard comme une tuile qui tomberait d'un toit. et ben, c'est tout faux. Dans toutes les médecines anciennes, on dit "nous sommes responsables. C'est nous qui créons notre santé ou notre maladie." Si on vit d'une manière malsaine, par exemple si je mange n'importe quoi, si je garde la colère à l'intérieur, si j'ai aucune connexion avec la vie, que je suis dans la haine, dans la peur, dans le contrôle, et bien, à un moment donné, le fait de tellement mal vivre va faire que la maladie arrive. En fait, la maladie c'est un avertissement pour nous dire oh oh, comme une ampoule rouge qui s'allume sur un tableau de bord de la voiture. Ça veut dire qu'il y a quelque chose qui va pas. Donc, j'ai compris que la guérison ça n'a rien à voir avec le fait de faire ou pas des traitements. Les traitements ça soulage, ça peut faire du bien ou pas, mais la guérison c'est autre chose. C'est permettre au corps physique de se régénérer, parce qu'il sait le faire, mais que pour qu'il puisse le faire il faut avoir une démarche globale, holistique. C'est à dire qu'il va falloir s'occuper de son corps physique certes, mais ne pas croire que c'est la totalité du problème. Parce que même si vous mangez très sainement, vous faites des jeunes, des graines germées, des massages et du sport, si vous ne vous occupez pas du corps émotionnel, vous pouvez être malade non pas pour des raisons physiques mais pour des raisons d'émotions qui ne circulent pas. Et ce qu'on nous a appris à faire c'est "chut! tais-toi! Tu ne cris plus, tu ne ris plus, tu ne pleures plus. Tu deviens comme tes parents : sérieux." Et on entre dans le stress. On entre dans ce moule occidental que la vie c'est dur, il faut tout le temps se battre, c'est la compétition, etc. Et on a perdu l'usage de notre corps. Et regardez ce que ça donne, regardez ce nombre de personnes âgées qui sont de plus en plus lourds, qui avalent des pilules et qui ont une vie absolument catastrophique alors que nous n'avons pas été conçus par la nature pour devenir vieux et malades. Il y a aucune raison d'être vieux et malade. Si on est vieux et malade c'est parce qu'on a des habitudes qui nous poussent à ça.
Elan S. : C'est vrai qu'on vit dans une société où il y a beaucoup de stimuli négatifs, de stimuli dysharmonieux, la pollution, les ondes électromagnétiques. Si l'être humain vivait en harmonie avec un environnement naturel, il serait moins exposé à ces sources de pollution. Mais après, effectivement, il y a comment je me sens moi? Il y a des gens qui sont exposés aux même stimuli dysharmonieux et qui vivent bien. Pourquoi? Parce qu'ils ont un autre rapport à eux-mêmes et un autre rapport à la vie. Après il y a beaucoup de facteurs dans la maladie aussi : le terrain génétique, il y a la psyché mais ce qu'on a pu constater c'est que les gens qui tombent malades, souvent, et bien c'est des gens bileux, c'est des gens anxieux, c'est des gens qui sont facilement submergés par le stress, c'est des gens qui ruminent beaucoup.
Luc B. : Le mental, c'est la voix qui nous parasite, c'est la voix qui va vous dire " oui mais attention, ce soir, tu vas repartir chez toi, donc n'oublie pas de faire le plein d'essence. Et puis, hier, pourquoi t'as dit ça à untel, t'aurais pas dû lui dire, t'aurais dû lui dire plutôt ceci et puis, et puis le week-end prochain tu vas à tel endroit et puis t'oublieras pas parce qu'il faudra que tu ..." il est sans arrêt en train de vous jacasser dans la tête des tas de choses et puis ça c'est pas penser, ça c'est pas réfléchir. Au contraire ça vient vous embêter, vous empêcher de réfléchir. Et quand on arrête son mental, en fin de compte c'est ce qui est extraordinaire, c'est qu'en arrêtant le mental et bien d'un seul coup les choses essentielles ressortent et donc notre esprit devient beaucoup plus clair. On ne veut pas la mort de l'égo, l'égo est utile, on ne veut pas la mort du mental mais on lui demande simplement de laisser un petit peu la place aux autres.

by missgue 12:59 - 17:42

Et comment on peut arriver à calmer le mental? La première chose pour calmer le mental c'est d'être ici, maintenant, dans le présent. Une petite méditation permet de faire une prise de décision parce que là on voit vraiment les points importants et les choses deviennent très très claires.

Pour moi la méditation, c'est être attentif, être pleinement présent. Et du moment où on est focalisé sur l'instant présent et bien on est moins dans le mental, on est moins pris par nos pensées négatives. Et du coup, ça calme de par le fait que on va s'ouvrir à un plus grand afflux de lumière, ce que j'appelle le souffle vital aussi, en Inde ils appellent ça le prana. C'est cette quintessence subtile qu'on capte par la respiration et qui est la véritable force de réharmonisation, la force de guérison dont le corps a besoin pour être en équilibre, en pleine santé. Quand on médite et quand on est dans cet état de réceptivité et d'écoute attentive de ce qui est, il y a cette paix qui s'installe et de par cette paix, et bien, le souffle peut bien nous pénétrer, peut mieux rentrer dans le corps et rétablir l'harmonie. Alors automatiquement on va se sentir bien dans sa peau, bien dans sa tête, bien dans son corps. Ça nous donne une force, ça nous donne un souffle. Les expressions sont parlantes à ce niveau-là. Quand on dit "je suis à bout de souffle", "j'ai les nerfs à vif", "je suis à côté de mes pompes", "je suis hors de moi", c'est qu'on est pas bien, on manque de souffle justement, on manque d'énergie, on est en déséquilibre. La méditation nous recentre, nous rassemble en nous-même. Et je pense que chacun devrait pratiquer la méditation. Et si on aime pas le mot parce qu'il est trop connoté religieux, bouddhisme et qu'on est pas versé dans la religion, alors simplement ressentir.

Ce qui est passionnant aujourd'hui avec la physique moderne, notamment la physique quantique, c'est qu'on a été obligés, si vous voulez, de voir que la matière, les émotions, les pensées et quelque chose d'autre fonctionnent ensemble. J'ai découvert justement qu'il y avait des tas d'autres médecines qui, depuis des millénaires, ont une vision différente que la vision matérialiste. La vision matérialiste c'est qu'il y a le corps physique, c'est tout ce qui existe, on soigne le corps physique et le reste on en entend pas parler. J'ai découvert ce qu'on appelle aujourd'hui la médecine holistique. Cette médecine holistique c'est de comprendre que l'être humain n'est pas qu'un corps physique, il est un tout beaucoup plus grand. Nous avons un corps physique certes; mais ce n'est pas la totalité de ce que nous sommes. Il y a d'autres réalités que la matière.

Toute la matière dans l'univers n'est formée que d'énergie. Toute matière, tous les corpuscules, toutes les particules ne sont que des énormes concentrations d'énergie. Nous sommes de l'énergie à l'état pur avant même d'être physiques ou chimiques. Donc c'est pour ça aussi que j'ai commencé à comprendre que en travaillant sur l'énergie on pouvait travailler sur le corps. Nous sommes formés d'un corps physique et de corps subtils qui sont là encore à la fois dans notre corps physique et qui débordent de notre corps physique. Et ces différents corps font partie de nous. Il y a eu les premières photos Kirlian. Les photos Kirlian qui remontent déjà à plus d'un siècle et qui photographiait les premières couches de l'aura qui sont autour de notre corps. Il faut bien comprendre qu'on ne voit pas les corps énergétiques parce que tout simplement tous nos cinq sens sont situés dans le corps physique donc ils sont sur le niveau vibratoire du corps physique. Or les autres niveaux énergétiques sont situés sur d'autres plans et si on veut commencer à les ressentir, il va falloir justement utiliser d'autres sens, justement le ressenti, l'intuition, la clairvoyance, etc. Donc ce sont des sens qui sont subtils et qui ne font pas partie de notre lot quotidien. On peut puiser déjà chez les indiens, parce qu'on médecine ayurvédique on retrouve la description de tous les corps et ils sont décrits d'un manière remarquable mais ce qu'il faut bien comprendre c'est qu'il n'y a pas que les indiens, il y a aussi les américains, les russes. Donc tous ces gens-là ont beaucoup beaucoup développé les corps énergétiques, la recherche des corps subtils, etc. Et j'en discutais souvent avec une amie américaine et elle était toujours éberluée en me disant "mais c'est pas croyable qu'en France on pose encore les questions de savoir si les corps énergétiques existent" alors qu'aux États Unis ou en Russie ce sont des choses qui sont des La Palissades, ce sont des évidences et ils sont pas en train de se poser la question est-ce que ça existe, ils sont en train plutôt de commencer à les, pas commencer, ils les utilisent d'une manière très pragmatique et très quotidienne.

by missgue 17:42 - 20:32

Lila R. : En fait la maladie, quand les personnes viennent me voir, ou elle est déjà en action, active dans le corps physique, ou elle est en cours d'installation. Moi, j'appelle ça d'installation. C'est à dire elle est dans des corps, elle est envoyée, on va dire elle est en attente et elle arrive petit à petit dans le corps physique. Voilà, c'est comme ça que je la vois. Mais les gens ne la ressentent pas puisqu'elle est dans le corps énergétique, à part si on ressent bien les choses. On se dit "j'ai des lourdeurs en ce moment, je me sens pas bien, je me sens fatigué, ça va pas trop" et on commence, on commence, si on fait par exemple des analyses médicales ou autres, on commence à voir qu'il y a des baisses quelque part, qu'il y a des... ça commence à rentrer dans le corps physique.

Yasmina : Avant qu'une maladie se manifeste sur notre corps physique elle est déjà présente dans nos autres corps en fait, qui sont éloignés. Voilà, et qu'on ne voit pas nous, qu'on ne perçoit pas, par contre que Lila peut percevoir en travaillant sur des choses qui arrivent sur nos corps les plus lointains, effectivement ça empêche la manifestation.

Les médecins matérialistes, ils s'occupent du corps physique, vous avez le foie malade... et le propre des guérisseurs, des magnétiseurs ou des chamans c'est que ils s'occupent de la totalité de l'être humain. Donc beaucoup des choses qu'ils font ne s'explique pas au niveau physique mais parce qu'en fait ils travaillent sur d'autres plans de conscience. Donc ils sont dans d'autres réalités.

Moi je fais une imposition de mains et je laisse travailler. On sent, ça chauffe, ça peut monter en température et à un moment donné je sens bon bah c'est bon, c'est... il y a une dose d'énergie qui est passée et le corps va se mettre à réagir. Il y a des gens, je leur pose les mains sur la tête ... ouf ... ils sentent ... ouah... ça passe, il y en a ça... jusqu'aux orteils, ils sentent ça circule. Il y en a qui sentent du froid, il y en a qui sentent du chaud, il y en a qui sentent des picotements, après c'est un peu chacun son truc. Il y en a qui sentent rien, mais ça passe. Moi je sens, quand je donne, je sens que ça part. Et moi les gens quand ils me disent je suis passé par le cercle médical, ils m'ont dit... parce que dans quatre-vingt-quinze pour cent des cas c'est comme ça, ils m'ont dit bah, "les médecins ils me disent qu'ils ne peuvent rien faire pour moi. Ils voient pas, ils voient pas ce qu'il y a. Y a rien, vos examens médicaux, il y a rien. Ils comprennent pas pourquoi ça..." quand on me dit ça pour moi c'est du pain bénit parce que je sais qu'à ce moment-là on est plutôt sur un blocage psychologique. Donc mon boulot ça va être d'aller rechercher, donc je vais faire un scannage du corps avec les mains, donc la on va travailler sur un point d'énergie, énergétique et on va rechercher là où ça bloque, il y a des blocages, on va re-balancer en énergie pour ouvrir, pour refaire circuler mais moi je ne travaille pas un problème, je travaille un corps. Toujours, moi j'ai trouvé qu'il fallait travailler le corps dans son intégralité ce qui permet de tout balayer. Donc on travaille le tout, de toute façon, tout ça il faut que ça fonctionne en énergie. Une fois que c'est rétabli le programme se remet en route.

by missbusson 20:32 - 22:41

Quand on examine une personne, au niveau énergétique, on va avoir deux sortes d'informations qui sont absolument intra... très très importantes. Les deux premières c'est qu'on voit.. on peut voir des blocages énergétiques. Des blocages énergétiques qui vont correspondre à des chocs émotionnels et on sait très bien que si on laisse ces chocs émotionnels, si on laisse ce blocage énergétique tôt ou tard ça va déclencher une maladie. On est train de déc.. de de vraiment faire de la médecine préventive un petit peu comme quand il y a aussi des blocages sur l'évacuation des énergies usagées, on sait tôt ou tard que ça va déclencher des troubles, des problèmes chez la personne, ça on le sait. Donc là c'est pour ça que la médecine énergétique tout comme le fait, mais d'une manière plus limitée, mais le fait l'acupuncture, c'est une très très bonne médecine énergétique. Et inversement on peut aussi voir des anomalies sur les corps énergétiques qui correspondent, qui nous indiquent que l'organe en dessous et déjà malade.
On peut jouer, on peut jouer sur le diabète, sur la tension, sur... quand ce sont des maladies qui sont déclenchées par... On revient toujours à cette histoire de stress. Quand c'est déclenché par des blocages, vous faites sauter les blocages, moi je dis aux gens "Vous êtes sous quoi? Vous avez quoi comme médocs?" "J'ai ça, ça, ça." "Bon, faites surveiller par le toubib, parce que comme je fais réagir votre corps, si c'est un problème de blocage qu'on régule ben si vous prenez des trucs pour le cœur alors que c'est plus nécessaire alors vous allez vous retrouver avec le cœur qui pop-pop-pop, c'est pas bon. Moi j'ai un pote qu'est cardiologue il m'a dit "Écoute, c'est pas compliqué, t'as 75% des problèmes cardiaques qui sont liés au stress, ils sont pas liés à un problème cardiaque mécanique. C'est lié à un état de stress. Tu régules l'état de stress, tu solutionnes le problème." Moi je guéris pas les gens. On dit guérisseur, non c'est faux, guérisseur c'est quelqu'un qui va déclencher la guérison. Je pratique... je pratique l'art de la guérison, c'est à dire un art, on peut pas dire une médecine, parce que pour pas avoir de problème, parce que la médecine c'est protégée. Donc c'est l'art de la guérison, c'est l'art de ... générer la guérison dans une... chez une personne. La déclencher. Et une fois qu'on l'a déclenchée, ça va s'auto... la personne va s'autogérer et va automatiquement se mettre en fonctionnement.

by marinepouet 22:41 - 25:01

Alors c'est la première fois que je venais voir une guérisseuse, une énergéticienne. J'avais été orientée vers Lila par une connaissance qui m'avait invitée à prendre rendez-vous avec elle parce que je lui avais expliqué que ça faisait des années que j'essayais de soigner une grosse grosse fatigue hum que je n'arrivais plus du tout à surmonter. J'avais déjà entendu que euh des magnétiseurs pouvaient soigner, guérir d'un certain nombre de maux. Elle m'a démontré par un certain nombre d'exercices la puissance et la force du magnétisme. Je me suis senti voler. C'était extraordinaire. Euh... Beaucoup plus légère, j'ai senti qu'un certain nombre, 'fin que le poids que je ressentais sur mes épaules aussi bien physiquement qu'émotionnellement euh voilà, s'était envolé.
En fait j'avais des gros problèmes de genou. Et j'étais allée voir plein de docteurs, de généralistes, de spécialistes du genou, des grands spécialistes, 4 ou 5 et leur réaction enfin c'était vraiment surprenant, c'étaient des trucs : "ben vous boitez, vous avez des béquilles, mais on sait pas trop ce que vous avez". Et du coup au bout d'un moment, ma mère elle m'a emmenée, elle m'a dit "Bah on va essayer quelque chose de différent, quelque chose que t'as jamais vu auparavant. On sait jamais, ça peut marcher." Et donc euh ma mère m'a emmenée voir Lila. A l'époque, je sentais vraiment rien du tout, ce qui est plus du tout le cas maintenant mais sortie de là, bon..; Tout de suite ça allait mieux, et mes genoux ben, dès après, j'ai plus du tout eu de béquilles. Je boitais encore un petit peu. Et dès la 2ème fois où je l'ai vue, je sentais plus rien du tout. Elle m'avait donné des traitements avec des plantes, des choses très naturelles, très légères, très faciles à prendre.
Si vraiment ils ont une grosse grosse maladie, là, oui ils viennent, mais vraiment en disant "Moi j'y crois pas, je suis là, je tente mon coup". Voilà ce qu'ils me disent. Alors moi après, peu importe, je suis pas avocate, hein, je vais pas... Je soigne et puis voilà. Et après, ben, c'est eux qui prêchent pour ma paroisse.
Je travaille aussi sur les fibromyalgies. C'est une maladie, ils sont encore en train de chercher comment ça marche, parce que, ils la connaissent pas. Je les soulage vraiment parce que c'est une grosse douleur, grosse fatigue. Et alors, vous avez plusieurs étages.

by Youn 25:01 - 28:15

et le plus gros étage c'est des gens qui sont grabataires et la fibromyalgie c'est pas une maladie, c'est un état de stress important. Tout s'est verrouillé et quand on arrive à trouver où ça bloque, qu'on libère, là c'est miraculeux. De grabataire vous passez à ..vous faites du footing. Une fois que vous avez débloqué le corps et ça se soigne très bien comme ça. Et si vous passez par le milieu médical, bah ils pataugent lamentablement parce que c'est pas avec des médocs qu'on arrive à soigner ça. Bon, par contre, si vous avez une infection dentaire et tout, qu'il y a besoin d'antibios, faut les prendre. Moi je vais jamais contre un traitement. Le gars qui a un traitement médical c'est pas mon domaine.Il voit son toubib, il se débrouille avec. Moi je travaille pas là dedans par contre je vais venir en complément.

Christian T.S.: L'important à voir c'est que dans le [...] holistique, on ne renonce pas au bon côté de la médecine moderne parce qu'elle sauve des vies c'est sûr quand vous êtes écrabouillé sur la route, cette médecine d'intervention extérieure a sa valeur. Mais le drame c'est que cette médecine n'aurait jamais du quitter les hôpitaux. L'antibiotique qui sauve la vie d'un grave malade, le donner à un enfant quand il a une angine, c'est de la folie totale voyez donc il faut avoir du bon sens et nous ce qu'on propose c'est une bonne utilisation de toutes les médecines. Si vous avez un cas gravissime ok, prenez la médecine chimique, chirurgicale, elle a sa valeur. Si c'est moins grave, prenez les méthodes naturelles: l'homéopathie, le régime et puis développer les moyens de santé pour que vous soyez de moins en moins dépendant d'une aide extérieure. Le but c'est de devenir l'artisan de sa guérison.

Elan S: En toute chose, il y a un bien et il y a un mal. Les médicaments peuvent être utiles. Par exemple, prenons une personne dépressive. Elle a vraiment la tête sous l'eau. Elle ne peut pas faire un travail psychologique, elle ne peut pas ressentir, elle est vraiment noyée dans sa tristesse, dans ce sentiment de vide. Peut être que l'anti-dépresseur va être utile pour lui sortir la tête de l'eau, pour qu'après elle puisse faire un travail à un autre niveau. Les médicaments ça peut être la même chose. Si j'ai une très forte douleur, je ne peux pas méditer. Je vais être dans un état de mal-être. Donc ça peut être intéressant à un moment donné de prendre un anti-inflammatoire. Mais ça, ça doit pas étouffer le symptôme et nous empêcher d'aller voir où il y a la cause.

Yasmina: Ah bah les médicaments, à partir du moment où j'ai été soignée par Lila, euh j'en prends qu'en cas d'extrême urgence, c'est à dire si j'en ai besoin pour une intervention, qu'il y a vraiment quelque chose d'important oui mais sinon je.. et d'ailleurs ma boîte de médicaments à la maison, elle est passée de deux boîtes comme ça à le strict minimum.

Julien: A part le dentiste qui est vraiment quelque chose où on peut pas faire grand chose, euh je vais jamais voir de médecin. Donc si vraiment je suis très très malade et que j'arrive pas à me soigner parce que j'ai récupérer le rhume de mon fils ou quelque chose comme ça, j'y vais mais euh..mais sinon jamais.
Si vous voulez, j'ai lu pas mal de choses et pour moi la médecine chinoise, c'était de soigner avant d'être malade. Si eux ils le faisaient il y a des milliers d'années, je pense qu'on peut le refaire relativement facilement maintenant. Voilà. Et soigner la cause plutôt que.. , soigner la cause plutôt que les effets, ça pour moi c'est rationnel. Soigner les effets sans comprendre la cause, là j'arrive pas à comprendre.

by MrsAM 28:15 - 30:15

En Chine ce qu’il se passe c’est que les médecins, ils sont payés une seule fois par an, c’est à dire, on va les voir et on fait en sorte de ne pas avoir de maladie, c’est à dire on fait de la prévention et ben c’est pareil, on fait de la prévention c’est à dire, on évite de…d’attraper des choses, c’est un peu comme si que on sait qu’il y a un petit peu...une petite brise dehors, ben on va prendre son parapluie pour éviter d’avoir la pluie sur la tête, d’être enrhumé, on va éviter d’avoir mal à la gorge, on va mettre son écharpe, c’est exactement la même chose, de bien alimenter son esprit, de bien alimenter son corps, automatiquement on peut que être bien.

Maintenant, si vous tombez d’une échelle, ben c’est mécanique, vous êtes tombés, vous êtes tombés, vous vous êtes fracturé un truc, bon, il faut que ça se ressoude. Bon le corps, il ressoude, alors maintenant, c’est bien parce qu’ils vous mettent des broches, des trucs. Pour ça, ils sont forts, non là y a pas de problème, là-dessus ils sont au point, ils peuvent vous foutre une prothèse de jambe qui part de la cheville qui arrive jusqu’au genou, jusqu’à la hanche, ils peuvent vous faire une jambe artificielle. Pff, maintenant on peut tout faire. Mécaniquement c’est formidable. Mais, ce qu’il y a c’est que c’est quand vous provoquez votre malade. Moi ce que j’aimerais c’est qu’on puisse justement reconnaître et valoriser cette chose là parce que c’est fantastique de pouvoir apporter un mieux être aux gens comme ça, naturellement en faisant juste réagir un corps, on n’a pas besoin de plus. Et si ça marche pas ben on va aller plus loin mais on peut déjà commencer par ça.

J’ai beaucoup travaillé, j’ai travaillé avec des médecins, avec des hôpitaux, voilà, y a des journalistes scientifiques, ils ont vraiment un regard objectif et ce sont des gens intelligents, on va dire, pour moi, qui voient que mes soins sur les personnes qu’ils m’envoient, sont vraiment…ils agissent, ils sont en action, ils le voient par leur scanner, ils le voient par leur radio, ils le voient par les analyses. Ils ont vraiment un regard sur moi bienveillant.

by gabrielle31 30:15 - 30:54

Le problème c'est qu'on a un système de médecine qui est... Ce que je trouve dommage, c'est qu'ils font des choses fantastiques, mais la médecine est dirigée par des laboratoires pharmaceutiques qui veulent avoir la main mise. Ils veulent tout régenter par la chimie. Et je m'excuse mais il y a des tas de choses comme ça, ce que je vous ai dit avant, qui ne se travaillent pas par la chimie, qu'on arrive à solutionner naturellement. Et il n'y a pas une médecine, mais des médecines. Vous avez l'acuponcture, vous avez l'homéopathie, vous avez les huiles essentielles, les fleurs de Bach, ce que je fais. Il y a un tas de choses qui existent.

Comments

Leave a comment

Note: this form is not for making a transcription. If you would like to transcribe this Script Request, please click the [ TRANSCRIBE ] button.

Overview

To make a new Audio Request or Script Request, click on Make a Request at the top of the page.

To record or transcribe for users learning your language, click on Help Others at the top of the page.

Recording and transcribing for other users will earn you credits and also move your own Requests ahead in the queue. This will help you get your requests recorded and/or transcribed faster.